25 mars 2005

Toujours des rêves...

Je ferme les yeux et je rêve... Je rêve que, je ne sais où je ne sais qd, alors que je ne m'y attendais pas, je sens quelqu'un s'approcher de moi. Je lève les yeux et mon coeur cesse de battre un instant pour s'accélerer, à tel point que je n'entends plus rien à part ce battement tellement rapide. Mes joues s'empourprent, ma respiration se coupe. Je ne peux détacher mes yeux de cette apparition. Je voudrais sourire, mais je n'y arrive pas, je voudrais parler, mais je n'y arrive pas... Enfin, tu es face à moi...!!!!
Posté par Hilda à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2005

La distance

"Tout est relatif" disait le grand Einstein, oui mais tout dépend du point de vue de l'observateur. Et pas seulement sur le plan physique, la relativité prend toute sa dimension dans un esprit humain.La distance par exemple. Sur un plan physique, le soleil peut sembler très loin de la terre pour un terrien mais à l'échelle de l'univers, cette distance est infime. Pourtant, pour nous simples mortels dont la vie ne représente même pas un battement de cils, une distance physique établie peut varier dans l'esprit de... [Lire la suite]
Posté par Hilda à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2005

La caresse

Des doigts plutôt fins, chauds, qui s'approchent doucement de ma joue. Ils ne l'ont pas encore touchée et déjà mes sens sont en éveil. L'anticipation pousse les terminaisons nerveuses à s'exciter, à s'activer. Et au moment du contact, toutes les informations retenues affluent en masse vers le cerveau, agissant comme une décharge. Je frémis à cet effleurement, je suis tout simplement bien. Le temps est en suspend, un sentiment d'éternité. Le plaisir de la légèreté d'une caresse...
Posté par Hilda à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2005

Le vent

...Car je pense, je pense à ce qui se passe autour de moi pour éviter de me concentrer sur ce qui se passe en moi. Sur ce vent qui souffle aussi dans ma tête. C'est terrible le vent, ça apporte un ciel bleu, sans nuages mais il est là et capte l'attention. Tout comme toi, toi qui dégage mon ciel de ses nuages mais qui souffle comme une tempête. Le vent c'est comme l'amour. Je crois que je vais finir par l'aimer ce mistral, si entêtant, si énervant. Ce mistral capable d'attiser un brasier. Ce feu intérieur qui couvait et que tu... [Lire la suite]
Posté par Hilda à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2005

J'attendrai...

J'attendrai que le jour se lève, que le soleil réapparaisse. Comme un petit matin où les lueurs de l'aube rosissent le ciel. Ce moment où les couleurs pastels se fondent, où ce dégradé promet tant de choses à venir. Les prémices d'une journée radieuse. Et quand enfin la sphère divine fait son apparition, la chaleur infime qu'elle dégage réchauffe déjà l'âme. L'irradiation de l'astre vient effleurer la peau, la pénètre et s'insinue dans tout le corps. C'est le meilleur ravissement des sens, une excitation si douce et si forte à... [Lire la suite]
Posté par Hilda à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2005

Le piano

Comme des notes de musique qui s'envolent emportées par le vent. Les notes cristallines d'un piano qui s'échappent par une fenêtre, dansent, tourbillonnent. La musique est libre et rebelle, elle est insaisissable, impalpable, on ne peut la retenir. Elle trouvera toujours une faille, une brèche pour se répandre. Mon amour est comme elle, trop puissant pour se contenter de rester là où il est né. Il se répand, coule et franchit la frontière de mon coeur. Ce faisant il devient plus fort, grandit et résonne. Entende qui le peut ou... [Lire la suite]
Posté par Hilda à 13:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2005

Mélancolie

Qui suis-je ? Ou plutôt que suis-je ? Je viens de naitre, je le sais. il y a une seconde je n'existais pas. J'étais en plein néant. A présent je vis, je suis au jour, je ne le vois pas mais je le sens. Je perçois la lumière et une certaine douceur qui se déplace contre moi. Non, en fait, c'est moi qui bouge. Mais où ? Il faut que je sache, que je comprenne. Je ne sais pas pourquoi mais je sens que ma vie est éphémère. A peine née, je suis déjà condamnée à mourir. Quel triste destin. Mais quelle peut être cette vie synonyme de... [Lire la suite]
Posté par Hilda à 13:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]